Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Discriminations, les Seniors sont les grands perdants
Chômage, Loi Travail, Discriminations, les Seniors sont les grands perdants
vendredi 25 mars 2016
popularité : 90%
Par Yves Barraud

Ceux-là, on ne les entend pas, on ne les voit pas (ou si peu). Ils sont absents du débat qui mobilise organisations patronales, syndicales et universitaires. Ce sont eux pourtant qui paient au prix fort l’augmentation du chômage et les possibles dispositions de la Loi Travail.

Si les jeunes s’estiment les premiers concernés par la précarité, le chômage, la réforme du Code du Travail, et le font savoir, il n’en est rien ! Ce sont les travailleurs expérimentés de plus de 45/50 ans qui sont condamnés à une triple peine :
• Un taux de chômage qui s’accroît plus rapidement que la moyenne nationale.
• Une discrimination à l’embauche en raison de leur âge.
• Une possible facilitation des procédures de licenciement qui, indubitablement, encouragera les employeurs à se séparer de leurs collaborateurs âgés, généralement mieux payés que leurs cadets.

Si on ne peut contester que l’accès à un emploi stable et correctement rémunéré n’est pas aisé pour un jeune de 20, 23 ou 25 ans, cette opportunité se présentera à un moment ou un autre de sa vie, tant que les entreprises auront besoin de bras et de cerveaux pour produire biens et services. La précarité des contrats et des conditions de travail impacte principalement les jeunes sans formation dont nombre d’entre eux ont quitté prématurément les filières d’enseignement. Même constat pour une frange importante de la jeunesse qui a opté pour des cursus ne présentant aucune garantie d’avenir professionnel alors que nombre de formations techniques souffrent d’une désaffection inversement proportionnelle aux besoins des entreprises. L’abandon des études et le choix de parcours universitaires inadaptés aux réalités du marché constituent les deux blocages majeurs à l’insertion des jeunes dans le monde du travail.
Leurs aînés au chômage connaissent autant de difficultés à trouver un emploi, si ce n’est plus, bien qu’ils disposent d’une solide formation doublée de longues expériences. Leur âge et leurs (prétendues) prétentions salariales handicapent leur réinsertion. Passé 50 ans, et plus encore 55 ans, leur retour à l’emploi est compromis. Pour beaucoup, il est improbable ! Alors qu’un jeune de 25 ans décrochera un jour ou l’autre un contrat qui lui donnera satisfaction, à mesure que passent les mois et les années, le Senior, lui, voit s’éloigner cette perspective. Cette discrimination à l’embauche est d’autant plus préoccupante que l’on repousse l’âge de départ à la retraite. Ces chômeurs « trop vieux » doivent pourtant encore travailler 10 ou 15 ans.
Dans sa version initiale, le projet de Loi Travail visait à faciliter les licenciements en plafonnant les indemnités prud’homales accordées au salarié quand la Justice sanctionne une rupture de contrat sans cause réelle et sérieuse. Si les jeunes ont dénoncé cette facilitation synonyme de précarisation, elle concerne avant tout leurs aînés en poste depuis 10 ans ou plus dans une entreprise. Pour un travail équivalant, un employeur a tout intérêt à se séparer à moindres frais d’un collaborateur âgé, plus avantageusement rémunéré qu’un jeune salarié. Dans l’absolu, plafonner les indemnités de licenciement abusif ou insuffisamment justifié pourrait encourager les entreprises connaissant une baisse d’activité à se débarrasser de leurs collaborateurs seniors. Écrit autrement : le plafonnement peut favoriser, à terme, l’embauche des jeunes.
Depuis 2004, Actuchomage fait de l’emploi des Seniors son principal cheval de bataille sans que nous constations la moindre amélioration. Au contraire, la situation se dégrade. Le sous-emploi des 50 ans et + poursuit son inexorable progression. [1] La course au « jeunisme » dans les entreprises s’accélère avec pour corollaire les discriminations à l’embauche des travailleurs très expérimentés.

Au registre des réjouissances s’en ajoute une nouvelle : la possible facilitation des licenciements qui impactera avant tout les collaborateurs les mieux rémunérés pour un travail équivalant, donc les plus âgés.

Yves Barraud

actuchomage.org


[1] Sur les 90.000 nouveaux sans-emploi de l’année 2015 (catégorie A), 69.000 sont des chômeurs de plus de 50 ans. Le chômage des seniors a ainsi progressé de 8,4 % sur un an, alors que celui des 25-49 ans s’est à peu près stabilisé, et que celui des jeunes (les moins de 25 ans) a même baissé. L’année 2015 est l’année du chômage des seniors. Une nouvelle année, devrions-nous dire. Car le chômage des seniors a doublé depuis cinq ans. Il atteint aujourd’hui 900.000 personnes en France (catégorie A). Source : rtl.fr


Commentaires
Rechercher

dans le site


Actions collectives
Actions diverses
Analyses - Réflexions
Annuaire
Éducation Nationale
Ces « élites et experts » qui nous veulent du mal...
Ces « gêneurs » qu’on élimine...
Ces empires qui nous veulent du mal...
Ces produits qui nous veulent du mal
Culture tous azimuts
Décroissance
Délires scientifiques
De quoi réfléchir
Envie de hurler
Environnement
Forums sociaux
Humour
International
Journées spéciales
La France de l’argent
Les alternatives sont possibles
Les médias et nous
Personnages
Politique en France
Racisme tous azimuts
Rédaction
Répressions tous azimuts
Résistances diverses
Rencontres
Saccages sociaux
Se donner la main
Témoignages...
Vie d’altermonde
Agenda
Mots-clés
Sites favoris
Inscription
Connexion
Statistiques

Dernière mise à jour
vendredi 25 mars 2016
Publication
24790 Articles
Aucun album photo
57 Brèves
24 Sites Web
786 Auteurs
Visites
1339 aujourd'hui
2075 hier
8351093 depuis le début
71 visiteurs actuellement connectés
Top Articles

Les plus populaires
Manifestation : un policier assène un violent coup de poing à un lycéen
Les bateleurs... par Chaunu
Même pas peur... par Decressac
Le savoir sous l’éteignoir
Chômage, Loi Travail, Discriminations, les Seniors sont les grands perdants
Terrorisme : raconter l’émotion, jusqu’à l’écœurement, pour ne pas parler du fond
Dialogues... par La Belette
Terrorisme : je suis bruxellois mais pas avec n’importe qui
Une saloperie par jour : le « Contrat à impact social »
Attentats de Bruxelles : non, monsieur le Premier ministre !

Navigation

Articles de la rubrique
Contrat nouvelle embauche Villepin : quel en est le ressort ?
Les politiques et nous
Pauvres juges !
À Pôle Emploi, les radiations administratives ont augmenté de 25 %
Pénalisation des clients de prostituées : quand les belles âmes se fourvoient
Roselyne, des « filles » et des « gars »
Comment créer des Entreprises... qui créent des Emplois !
Après le ‘SMIC’, il faut créer le ‘SMAC’
Le STRESS, …. le TRAVAIL SANS FIN, …. et les SUICIDES
Quel est le rôle d’un taux de chômage élevé ?
0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 110
Agenda

Partager cet article

Repost 0