Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des cases, des barrières, des obstacles…notre vie professionnelle en est entièrement jalonnée.

 

On fini nos études et si on a la chance de trouver un emploi, on a tout intérêt à choisir la bonne voie. Je vous parle d’expérience.

Quand on travaille dans un secteur d’activité, très vite on est catalogué , comme emprisonné dans ce domaine professionnel.

Pour vous donner un exemple très concrêt, quand vous avez de l’expérience dans la communication en agence, et que par hasard vous souhaitez changer, vous orienter vers un autre métier, vous êtes face à un mur. Même passer de l’agence à l’entreprise est compliqué.Si vous souhaitez travailler au sein d’une entreprise qui ne correspond pas à une de vos expériences passées c’est quasiment mission impossible. Soit vous n’avez pas de réponse, soit vous êtes confronté à la phrase : « vous n’avez pas d’expérience dans ce secteur d’activité ».Donc pour résumer si j’ai travaillé pendant des années pour de grosses entreprises financières par exemple , que j’ai élaboré pour elles des stratégies médias, je suis incapable de faire la même chose pour une entreprise dans le domaine du tourisme, de la mode ou autres.

 

N’est ce pas ridicule ?

 

La communication c’est une manière de s’adapter à un client, à une problématique, à un besoin. C’est une technique de travail qui peut tout à fait , surtout si le secteur d’activité vous intéresse , être transposable à un autre domaine. Comment fait-on en agence et que l’on travaille pour une dizaine de clients tous dans un secteur différent ?

 

Pourtant ce n’est manifestement pas l’avis des recruteurs.

 

Un exemple parmi tant d’autres : il y a quelques années, j’ai postulé pour un poste de responsable communication chez Chanel ( la mode m’intéresse , je voulais découvrir un autre univers, la marque me plaisait, j’avais l’expérience demandée..). Par chance j’ai été rappelée et j’ai passé le cap de l’entretien. Tout s’est bien passé, ils ont vu que j’avais de l’expérience, que je savais proposer une stratégie adaptée à l’entreprise, à ses besoins et que je connaissais la mécanique des relations médias et de la communication plus globale.Face à moi une autre candidate qui venait du service de presse d’une autre marque de luxe. Moins d’expériences, des idées moins novatrices mais des contacts parmi les journalistes « luxe, beauté… »Après discussion avec la DRH, elle m’a expliquée très gentiment et même avec un peu de regrets qu’ils ne souhaitaient pas prendre de risques et que les contacts étaient plus importants que les idées et la technique ( sic).

 

Pour avoir fait une grande partie de ma carrière en agence, où l’on gère en parallèle des clients dans tous les secteurs d’activité : de la grande consommation, à l’écologie en passant par la finance, le tourisme … je sais mieux que quiconque que l’on doit en permanence développer son carnet d’adresses et que cela n’est pas le plus difficile ( des outils, le sens du contact...)Une fois que l’on connais la mécanique, que l’on analyse les besoins de l’entreprise pour laquelle on est en charge des relations médias et publiques, l’important est de trouver des idées, d’être force de proposition, de cerner ses besoins, d’anticiper les crises…. bref élaborer une stratégie et la mettre en place.

 

 

Si je parle de cela c’est que je trouve regrettable le coté psychorigide de certaines entreprises.Apprenez à faire confiance, à prendre des « risques » et dites vous que lorsque l’on postule pour un poste c’est en général que l’on est motivé, que l’on a bien lu l’annonce et que l’on n’a envie ni de se planter, ni de décevoir l’entreprise qui nous a engagé.

 

Si vous aussi vous êtes confronté, ou l’avez été à ce type de situation, je serais intéressée d’avoir votre opinion et vos solutions.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :