Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu’elle est étrange la France, ce pays qui revendique d’être la première destination touristique au monde, dont une partie de l’économie vit de cette manne venue d’ailleurs, et qui dans le même temps se révèle être un des endroits où la population rejette le plus nettement l’ouverture des frontières et la mondialisation.







Qu’elle est étrange, cette majorité qui voit le touriste comme une vache à lait et, oubliant que la France a donné naissance à des géants de l’hôtellerie, du voyage et du tourisme, leaders mondiaux et marques universelles, rêve de taxer toujours plus les séjours hôteliers au risque de fragiliser tout un secteur et des centaines de milliers d’emplois.







Et quel étrange gouvernement nous avons, qui n’a plus guère que la consommation des ménages pour alimenter le moteur encalminé de la croissance, mais se révèle incapable de réduire vraiment la pression fiscale. Qu’il est étrange ce gouvernement qui, enfermé dans l’une des rares promesses qu’il s’obstine à tenir, refuse de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires, la mesure la plus simple pour distribuer du pouvoir d’achat aux classes les moins favorisées et avoir ainsi une chance de doper les dépenses d’agrément et de loisirs du plus grand nombre.







Et que dire du travail du dimanche ou des failles que nous avons dans les transports, avions, trains, bateaux, où la satisfaction des revendications des personnels à statut passe le plus souvent avant la satisfaction du client, que dis-je, de l’usager ? Pour une partie d’entre elles, c’est vrai, ces contradictions ne sont pas récentes. Mais l’état alarmant de notre pays devrait commander de les résoudre d’urgence en faisant du tourisme un indicateur de notre modernisation. Même s’il pleut depuis l’élection de François Hollande : mais de cela on ne peut pas, en conscience, lui tenir rigueur.

Partager cet article

Repost 0