Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Redéfinir le logiciel social

L'aile gauche du PS demande « la suspension immédiate » du pacte de responsabilité

L'aile gauche du PS demande « la suspension immédiate » du pacte de responsabilité

Le Monde.fr avec AFP,



le 9 août 2014 à 21h05

Trois élus de l'aile gauche du PS, Marie-Noëlle Lienemann, Emmanuel Maurel et Jérôme Guedj, demandent « la suspension immédiate » du pacte de responsabilité et la mise en place d'« une vraie réforme de l'impôt », samedi dans une lettre ouverte à Manuel Valls.







Trois élus de l'aile gauche du Parti socialiste, Marie-Noëlle Lienemann, Emmanuel Maurel et Jérôme Guedj, demandent « la suspension immédiate » du pacte de responsabilité et la mise en place d'« une vraie réforme de l'impôt », samedi 9 août dans une lettre ouverte au premier ministre Manuel Valls.







« Nous contestons absolument le bien fondé de ce pacte qui ne répond pas, selon nous, à l'objectif de ‘redressement dans la justice’ que s'était assigné le président de la République. »



Selon eux, la décision du Conseil constitutionnel d'invalider la mesure d'allègement des cotisations sociales pour certains salariés rend « indispensable la suspension immédiate du pacte de responsabilité et sa remise à plat complète ».







« Il nous paraît déraisonnable d'engager à la hâte une nouvelle mesure fiscale partielle aux effets incertains », ajoutent-ils, préconisant plutôt « d'en revenir à une promesse de campagne attendue par nos électeurs et par votre majorité : une vraie réforme de l'impôt, qui passe notamment par la progressivité de la CSG et le rapprochement de celle-ci avec l'impôt sur le revenu ».







REDÉFINIR « TOUTE LA STRATÉGIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE »



Aux yeux de ces élus, c'est « toute la stratégie économique et sociale du gouvernement qu'il faut aujourd'hui redéfinir » en s'appuyant « sur trois piliers : une stratégie de relance de la croissance au service de l'emploi, la refonte de l'architecture de notre fiscalité et des prélèvements sociaux ainsi qu'une politique industrielle volontariste ».







« A l'échelon européen, la France doit opposer au regrettable ‘pacte de stabilité’ une stratégie de relance fondée sur l'investissement et la construction de convergences sociales », selon ces responsables. « Dans l'immédiat, nous devons engager un rapport de force avec la Commission en lui signifiant notre refus de respecter les critères de déficits restrictifs qu'elle nous assigne (...) Il revient à la France, avec d'autres, de porter une voie nouvelle », affirment-ils.







La gauche du PS, a précisé la sénatrice Lienemann, « attend une réponse rapide » de Manuel Valls. Elle est « de toute façon déterminée à remettre la question sur la table à l'Université d'été du PS » à la Rochelle (29 au 31 août).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :