Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chômage des seniors, fiscalité, 2017, culture, sort des otages : voici ce qu'il faut retenir de l'intervention de François Hollande sur TF1
LE CONTEXTE. Popularité en chute libre, chômage en hausse, croissance en berne : c'est un François Hollande en difficulté qui a accepté, ce jeudi soir, pour l'anniversaire de sa mi-mandat, de participer à une émission spéciale en direct sur TF1 et RTL. L'idée étant, pour ce second prime time de son quinquennat, de donner son cap, d'expliquer ses réformes, mais surtout d'essayer de renouer le contact avec les Français. Sur le plateau, quatre d'entre-eux ont ainsi pu dialoguer avec lui. Avant que les journalistes Gilles Bouleau, le présentateur du 20 heures de TF1, et Yves Calvi de RTL ne prennent le relais.
AFFAIRE FRAISSE. Interrogé sur la mort de Rémi Fraisse, ce jeune homme qui a perdu la vie lors d'un affrontement avec les forces de l'ordre sur le site du barrage de Sivens, François Hollande a indiqué avoir "promis à sa famille la vérité". Il devrait avoir les résultats des différentes enquêtes d'ici huit jours.
SA PERSONNALITE. Face au journaliste de 7 à 8, Thierry Demaizière, François Hollande est revenu sur sa séparation d'avec Valérie Trierweiler. Interrogé sur les conséquences de la révélation de sa liaison supposée avec l'actrice Julie Gayet, et plus précisément sur sa photo de lui casqué sur un scooter en sortant de chez sa maîtresse, François Hollande a répondu : "Est-ce que j'ai souhaité cette photo ?" Ajoutant : "Il faut respecter la vie privée." Quant aux attaques formulées par son ex-compagne dans son livre "Merci pour ce moment", François Hollande n'a pas souhaité y répondre directement. En particulier sur son mépris supposé des plus pauvres et des bistrots: "Les bistrots, je les ai fréquentés pendant trente ans de ma vie. Je me suis consacré toute ma vie aux Français. J'aime les gens. Il y a les douleurs et je les pardonne."
LES ANNONCES. Face aux quatre français sélectionnés par TF1, François Hollande a fait deux annonces concernant le chômage des seniors. 1) Le retour d'une allocation pour les chômeurs ayant suffisamment cotisé mais n'ayant pas encore atteint l'âge de la retraite. 2) La création d'un contrat aidé pour les chômeurs à qui il manque quelques trimestres de cotisation. Le chef de l'Etat a également indiqué vouloir "moderniser le dialogue social dans les entreprises".Ainsi qu'un grand plan du numérique à l'école.
LES IMPOTS. Interrogé sur la pression fiscale de son début de quinquennat, une critique récurrente depuis son élection le 6 mai 2012, François Hollande a assuré qu'il n'y aura "pas d'impôts supplémentaires" en 2015, "pour qui que ce soit".
MANUEL VALLS. Au cours de cette émission, François Hollande a également rappelé qu'il était bien le patron de la gauche au pouvoir. Et surtout que les grandes orientations politiques étaient le fruit de ses décisions et non de son Premier ministre : "Il applique la politique que j'ai moi-même fixée pour la Nation". C'est ce qui s'appelle un rappel à l'ordre.
SON AVENIR. François Hollande sera-t-il candidat en 2017? Si la question lui a été posée à plusieurs reprises déjà, il a de nouveau botté en touche : "Je suis président, je ne me pose pas cette question." Ajoutant: "Vous avez vu l'état de ma popularité...". Et glissant, au passage, un tacle à Nicolas Sarkozy : "Il y a des gens qui sont candidats pour tout et même quand ils l'ont déjà été ils veulent l'être encore..."
HERVE GOURDEL. Interrogé sur l'assassinat de l'otage Français, Hervé Gourdel en Algérie par des terroristes de l'EI, François Hollande a déclaré qu'il s'agissait du "pire jour de mon quinquennat." Il a par ailleurs ajouté que "les assassins sont désormais connus et l'enquête progresse." Quant au sort de l'otage Serge Lazarevic, le chef de l'Etat a indiqué avoir "des preuves qu'il est sans doute encore capturé". Mais que ces preuves "n'étaient pas récentes."
LA FRANCE CANDIDATE A L'EXPOSITION UNIVERSELLE. Au delà des questions économiques et de politiques, François Hollande a également annoncé que la France déposera sa candidature pour organiser l'exposition universelle de 2025. "La France est capable de grands chantiers. On a besoin de grands événements." L'exposition universelle donc. Mais pas seulement. Il a aussi indiqué qu'il était favorable à ce que la Ville de Paris soit candidate aux Jeux Olympiques de 2024. En attendant, deux autres grands rendez-vous verront le jour sous son quinquennat : l'euro 2016 et avant la conférence sur le climat en décembre 2015, une échéance pour laquelle il veut "plein d'événements".

Partager cet article

Repost 0