Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On pensait que toutes les turpitudes en matière de recrutement avaient été expérimentées. On se trompait naïvement. Car son dernier avatar touche le fond des abysses. Cette fois, il a la forme d’une plate-forme de recrutement plutôt destinée aux cadres, un truc qu’on maîtrise un peu par ici. On est toujours curieux d’accueillir un petit nouveau dans la famille des sites emploi, mais pas trop celui-ci. Parce qu’il propose tout bonnement aux candidats de se vendre aux enchères à un employeur.

L’offre d’emploi paraît et c’est le candidat qui propose ce qu’il estime être le juste salaire pour ce poste. Ils sont plusieurs à répondre ? Que le meilleur gagne car les enchères s’inversent. Évidemment, les fondateurs du site se défendent de faire du dumping social, assurant sans rire que « ce n'est pas forcément celui qui propose le salaire le plus bas qui gagne. » Si leur affirmation est exacte, on peut se demander pourquoi mettre en place un tel système d’enchères. Au nom de la transparence des salaires du marché ? Rappelons que des études précises sur le sujet, réalisées par de gros cabinets (Hays, Robert Walters, Robert Half, etc) paraissent chaque année depuis des lustres et sont en libre accès pour les recruteurs comme les candidats. D’ailleurs les tendances 2017 viennent de paraître.

Bienvenue dans un monde où les boss de ce site affirment que « nous sommes tous des produits, nous avons un prix et il est donc possible d'articuler recherche d'emploi et enchères. » C’est vrai, après tout, quelle différence entre un sèche-linge et un chef de produit. Sans doute le fait qu’un sèche-linge ne peut pas décider de son prix, ce bêta ? Tandis qu’un humain peut se solder pour se rendre plus employable. On peut d’ailleurs s’étonner qu’un tel site se lance à une époque où il n’y a quasiment pas de chômage chez les cadres sauf dans les catégories les plus fragiles que sont les jeunes et les seniors. Qui sont prêts à baisser leurs prétentions salariales avec le sourire pour décrocher un emploi, comme chacun sait.

Encore une illustration du principe de Gabor. Ce Hongrois, prix Nobel de physique décédé en 1987, affirmait, en gros, que tout ce qui est techniquement faisable et possible, sera fait un jour, tôt ou tard. Il le déplorait, constatant qu’il n’y avait pas de pilote éthique dans l’avion. On aimerait que les acteurs de l’emploi en particulier et du Web en général aient tous leur brevet de pilotage.

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Sylvia Di Pasquale 30/01/2017 

Dessin de Charles Monnier ©Cadremploi.fr

Partager cet article

Repost 0