Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les seniors et les étrangers pour sauver l’emploi

Depuis quelques années, le Japon est entré dans une période délicate où la population dite « en âge de travailler » (entre 15 et 64 ans) décline de plus en plus. Les travailleurs vieillissent et ne sont pas forcément renouvelés. Les entreprises japonaises se doivent désormais de réfléchir à comment pérenniser l’emploi au sein de leur groupe et font donc appel aux seniors et aux travailleurs étrangers.

Image d’illustration chantier japonais (© powertools)

 

L’une des solutions prises par certaines grandes chaines de supermarché a notamment été d’étendre l’âge de départ à la retraite des seniors qui ne souhaitaient pas encore s’arrêter, allant parfois même jusqu’à 75 ans.

Une autre mesure a été de faire appel à des travailleurs étrangers. Leur nombre au Japon a d’ailleurs dépassé le million pour la première fois en 2016, alors que le pays peine à trouver assez de travailleurs japonais. Cela représente une hausse de 20% par rapport à l’année précédente et un nouveau record pour la quatrième année consécutive. Cette crise du travail qui commence à s’installer est la plus grave depuis 1991.

Parmi ces travailleurs, les Chinois représentaient en 2016 plus de 30% de la main-d’œuvre étrangère, une hausse de 6,9% par rapport à l’année précédente. Les Vietnamiens occupant la deuxième place, représentaient environ 16% du total des travailleurs étrangers pour une hausse de plus de 50% par rapport à 2015.

Le gouvernement japonais a depuis ces dernières années mis en place plusieurs mesures pour essayer de résoudre le problème. En décembre dernier, il avait notamment élargi le champ d’application des travailleurs stagiaires des pays en développement tout en créant un nouveau statut de visa pour les infirmières et les aides domestiques. Car de plus en plus d’entreprises japonaises à court de travailleurs font appel à des stagiaires étrangers afin de sécuriser leur besoin en main-d’œuvre. Toutefois, ce programme a jusque-là beaucoup été critiqué suite à des cas de violence, d’heures supplémentaires illégales ou encore de salaires impayés. D’après le Ministère du Travail, en octobre 2016 près de 20% des travailleurs étrangers étaient stagiaires, soit une hausse de plus de 25% par rapport à 2015.

La pénurie de main-d’œuvre est particulièrement importante dans le secteur de la construction et de la reconstruction, où la demande a grimpé en flèche suite au tremblement de terre et au tsunami de 2011 et à présent avec les Jeux olympiques de Tôkyô prévus pour 2020.

Mélanie Alves – sources : The Mainichi, The Japan Times

Partager cet article

Repost 0