Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'augmentation du mois dernier (+20 000) inscrits en catégorie A efface largement la très légère baisse de juillet (-1 900).

  • Le chômage repart à la hausse en août

Le changement de ministre du Travail n’y aura rien fait : le chômage continue de progresser en août, avec 20 000 demandeurs d’emplois en plus en catégorie A (sans aucune activité), selon les chiffres publiés ce jeudi par Pôle Emploi. Soit une hausse dix fois supérieure à la baisse intervenue au mois de juillet (-1 900). Et un nouveau record d’inscrits, avec 3,57 millions de chômeurs (3,83 millions avec les DOM), un chiffre en progression de 0,6% sur un mois et de 4,6% sur un an.

Seule (petite) consolation : avec les catégories B et C (activité réduite), la hausse est plus faible (+8 400 personnes, +0,1% sur un mois et +6,5% sur un an), pour un total de 5,42 millions d’inscrits (5,72 millions avec les DOM). La hausse en août touche particulièrement les seniors (+1,4%) et les chômeurs de très longue durée (+1,2%). A l’inverse, les chômeurs de «fraîche date» (entre trois et six mois), connaissent une nette baisse (-2,6%).

Le chômage en août

La toute nouvelle occupante de la rue de Grenelle n’aura pas non plus fait dans l’originalité pour son premier – et douloureux – communiqué de presse qui accompagne traditionnellement ces chiffres. A l’instar de son prédécesseur, qui déployait des trésors d’imagination pour construire des comparatifs moins négatifs que l’évolution mensuelle, Myriam El Khomri appelle à relativiser : «Les résultats au mois le mois doivent être analysés avec prudence ; seule la tendance compte : la hausse d’août intervient après une baisse en juillet et une stabilisation en juin.» Sans préciser, comme indiqué plus haut, que la baisse de juillet représente 10% de la hausse d’août. Et de mettre en avant «un point positif» qui «mérite d’être souligné» : la baisse du nombre de jeunes demandeurs d’emploi qui «recule à nouveau ce mois-ci et pour le troisième mois consécutif, soit 10 700 jeunes inscrits de moins depuis fin mai». Et d’en conclure que «le chômage des jeunes est inférieur à ce qu’il était début 2013». Oubliant, là encore, de mentionner que le chômage des moins de 25 ans avait davantage baissé entre-temps (au printemps 2014) avant de remonter depuis…

Partager cet article

Repost 0