Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Joke
Joke

P (Homme) Confronté depuis quelques semaines à la démarche de proposition de mes compétences, j'ai pu faire le constat que mon âge (52 ans) constituait un vrai frein à l'obtention d'entretiens d'une part et, quand bien même, à un moment ou un autre de l'entretien, la question sur mon âge est posée. Jusque là, j'ai essayé de minimiser l'importance de cette question vis-à-vis des recruteurs en retournant la question suivante : "est-ce important ?". Pour autant, force est de constater que cela constitue un vrai handicap. En tous cas, je le ressens comme tel. Mes prétentions sont en adéquation avec le type de postes auxquels je postule, mon expérience et mon savoir-faire sont avérés et d'actualité. De plus, il me reste presque 15 ans d'activité professionnelle et, ma motivation et mes ambitions sont intactes. Alors, comment déjouer ce type d'objection non dite ?

B( Homme) En cette période d'incertitude due au ralentissement économique, les employeurs sont prudents. Il me semble qu'à la relance, être senior ne devrait plus constituer une contrainte, mais plutôt un moyen de booster la reprise de la croissance et de former les jeunes en vue d'une transition générationnelle plus adéquate. Alors un peu de patience et tout ira pour le mieux. Amicalement.

V (f) Le contexte actuel est très défavorable aux seniors (les stats du chômage le prouvent) ; beaucoup vous diront que la seule solution est de créer votre propre entreprise. Avez-vous le profil

E(H) Recrutement L'APEC a effectué une étude à ce sujet que je vous invite à découvrir sur le site, le recrutement des cadres devrait reprendre pour atteindre son record en 2016 selon L'APEC... Pour répondre à V, tout le monde n'a pas le profil, ni les moyens financiers. Entreprendre est passionnant, mais, comme dans d'autres domaines, cela ne s'improvise pas. D'ailleurs beaucoup de jeunes entreprises disparaissent faute d'études de marché et de positionnement en amont, sans oublier les financements. Pour ma part, j'ai envisagé et renoncé à cette option. Pour autant, je sais bâtir et mettre en œuvre une stratégie, diriger et développer une activité, et créer de la valeur en apportant ma créativité, ma rigueur, ma capacité à fédérer et à écouter tant les clients que les collaborateurs. Pour E, merci pour votre contribution. Espérons que cette reprise se manifestera avant 2016 car, en 2016, j'aurai aussi 2 années de plus.

L ( H) J'ai 46 ans en recherche poste d'acheteur avec une expérience solide . J'ai eu en juin un entretien par un recruteur avec sur sa carte "consultant senior" . Question : a partir de quel âge vous vous occupez des seniors. Réponse : nous considérons les seniors a partie de 40 ans Voila , j'ai rien dit et pris un grand coup de vieux lol J'ai 46 ans, il les reste 22 ans a travailler .

Ph ( H) Bonjour, comme vous je suis en recherche d'emploi et je constate en effet que l'âge ( 45 ans ) deviens un vrai handicap, je mettais cela sur la crise, mais vos commentaires me conforte dans ce que je n'osais mettre en avant, Messieurs les recruteurs il me reste plus de 20 ans a travailler.

R(H) Il y a 12 ans, j'en avais 33, et un membre du laboratoire du Collège de France où je travaillais m'a demandé mon âge. Il était (et est) un des dirigeants du technocentre d'un constructeur automobile et m'a dit de me dépêcher (de trouver un "vrai poste") pour ne pas être considéré comme (trop) vieux dans le privé. Convient-il de souligner (déjà dans une lettre de motivation) qu'on est prêt à accepter un poste nécessitant moins d'ancienneté et le salaire qui va avec ... et cela nous rendrait-il vraiment moins chers? (Je pense aux charges?) Juste pour l'anecdote: ans l'administration (EPST..) il n'y a plus de discrimination sur l'âge, sur papier. Cela veut dire qu'on peut s'inscrire à des concours de tout niveau, y inclus qui avant avaient une limite d'âge. On a beau être admis à concourir, cela ne veut pour autant pas dire qu'on a plus de chances d'être admis/titularisé ...

Tk (h) Bonjour P, Ce que vous dite est vrai, une réalité. La politique des employeurs vise aux recrutements des jeunes, ils voient en eux un renouvellement (changement de sang) plus de rendement, reflex. Personnellement je crois qu'il faut donner la chance a tous, le seul critère devrait être la COMPÉTENCE d'autre part, au sein des société les jeunes aussi vivent la même expérience vis à vis les enceins(une grand poignet mais pas tous!) cette catégorie pence que ces dernières ne pourront jamais avoir leurs savoir faire, seulement la discrimination vis a vis l'âge se résolu par le changement la politique en vigueur, par contre la discrimination des jeunes au sein des société ce résolu par l’ambition, le savoir faire et sur tout s'imposé. bon courage dans votre quête.

P ( H) Inscrivez-vous sur www.XXXX.fr. C'est évidemment gratuit. Les vraies différences avec les sites d'emploi classiques ? Les recruteurs qui le visitent sont à la recherche d'un(e) senior puisque le nom même du site est sans ambiguïté; Les offres d'emploi sont filtrées et ne concernent que les seniors. Exit les offres de stages ou pour les personnes ayant 1 à 2 ans d'expérience. Plus de 90% des offres sont des propositions de contrat en CDI. Elles concernent toutes les catégories socioprofessionnelles sur tout le territoire français. Des fiches d'informations pratiques concernant exclusivement l'emploi des seniors vous sont proposées ainsi qu'un document de 64 pages pour vous aider à retrouver un emploi. Nous sommes contre le CV anonyme, source de perte de temps et de déceptions. Nous vous invitons au contraire à vous valoriser avec la publication d'une photo et la réalisation d'une interview écrite ou/et vidéo pour les franciliens, toujours gratuitement. Comme disait Coluche, on ne vous promet pas le grand soir mais cela sera une opportunité de plus.

José manuel BOUDEY Senior international expert http://observatoirenationalcnior.over-blog.com/2014/06/l-age-est-le-premier-critere-de-discrimination-a-l-embauche.html à lire cordialement

Fr(h) Responsable Ressources Humaines J'ai eu un échange ce matin même avec un senior de 52 ans, qui me faisait part de ce problème. Il existe nombre d'entreprises qui sont à la recherche de professionnel d'expérience, car l'âge rassure également. Le tout est de les identifier. Ensuite, il est évident que les carrières évoluent, et que nous n'avons plus une mais 3 voire 4 carrières. Vous êtes vous posé la question d'enseigner ce que vous savez ? Les centres de formation ne désemplissent pas et les lois vont en ce sens. Il me semble presque naturel que nos "seniors" puissent transmettre leurs expériences. Cordialement

B (f) Bien que certains le minimisent il est évident que passer 45 ans il y a comme une barrière qui se met entre vous et l'emploi. J'ai toujours travaillé dans des PME et aussi fait attention à la pyramide des âges. Les jeunes sont pas chers mais ne sont pas rassurants sur des moments où il faut donner un coup de collier alors qu'un senior est humble et sait travailler efficacement sans écraser son collègue. Je suis toujours à la recherche de senior lorsqu'un poste se libère dans mon service mais ce n'est pas toujours le cas des autres services. Toutefois j'ajoute un point très important, je n'ai jamais pu recruter un senior au niveau de salaire qu'il souhaitait car trop important pour une PME. J'ai commencé pour ma part un master 5 en gestion financière car il faut aussi ajouter que le niveau d'étude est aussi un élément important dans un CV. C'est tout aussi important que de maîtriser une langue étrangère.

A ( h) Non, non, hélas inutile de se réfugier et de se vautrer dans de jolis discours, après 45 ans, vous n'êtes plus bankable. Après avoir bien étudié le problème toute cette année, je me suis aperçu que le problème ne vient pas des cabinets RHs : Ils connaissent très bien les précieuses compétences que les séniors pourraient apporter en entreprise, et encore mieux les profits financiers qu'ils pourraient en tirer en parvenant à en placer. Mais ce sont encore jusqu'à preuve du contraire les directions générales, nettement plus pragmatiques, qui ont le dernier mot : chers, peu malléables, difficiles à intégrer, et risquant cancers, infarctus, TMS ou autres longs arrêts maladie, l'expertise réelle des séniors n'est alors plus suffisante pour l'emporter.

P (h) Je crois que beaucoup de choses ont été écrites. Je constate également que les préjugés et autres procès d'intention sont la motivation première pour effectuer un filtre sur l'âge. Pour autant, je persiste et signe : les généralités sont dangereuses et, de fait, on ne parle plus d'hommes mais de groupes d'appartenance. Enfin, je ne me reconnais pas dans ces "généralités" que sont le manque d'adaptabilité, de souplesse, de coût. J'ai entrepris un MBA que je vais bientôt terminer et mes prétentions sont toujours en adéquation avec le poste. Ce sont deux critères qui permettent de balayer l'adaptabilité, la souplesse et le coût. Enfin, nombre de DRH ne savent pas que lorsqu'une entreprise engage un collaborateur âgé de plus de 50 ans, elle bénéficie d'un allègement total des cotisations retraite employeur.

L(h) Gestion de carrière et recrutement En matière de recrutement tous les paramètres de sélection se voient attribués le qualificatif de "discrimination", avec les connotations que cela suppose… Dès que l'on parle de marketing, et de lancement d'un nouveau produit (prestation de services) sur le marché, on parle de "segmentation", de "niches"…En d'autres termes, toute la stratégie consiste à cibler une clientèle-cible, et à se démarquer de façon assez radicale de la concurrence. Et lorsqu'une entreprise arrive à cela, tout le monde trouve ça génial. Alors, bien évidemment, peut-être est-il trop osé de faire le parallèle, et pourtant… Pourtant, il faut accepter de construire une offre complètement en phase avec ses propres critères discriminants. Plus la courbe d'expérience est dense, plus le niveau de rémunération est conséquent, plus la cible est réduite, c'est quasiment mécanique. Il faut donc être plus puissant sur des segments plus étroits, et adapter sa démarche à cette cible, en accentuant les démarches de "soft power" (recommandation, cooptation, réseau, intermédiaires, etc.), parce que dans le choc frontal (marché ouvert), l'intensité concurrentielle peut se révéler compliquée à gérer. La "senioritude" n'est pas une tare, et les entreprises ne semblent pas avoir de position dogmatiques sur le sujet, mais ce n'est pas un laissez-passer non plus. La partie du senior se joue comme les autres, avec enthousiasme, mais aussi, et surtout, avec un recul intellectuel et des outils qui démontrent une valeur-ajoutée que l'âge seul ou le parcours ne peuvent suffire à poser. Il y a vraiment de la place pour les seniors sur le marché, mais il ne faut pas se tromper de combat.

P (h) Contributeur principal Je suis assez d'accord avec L, à un élément prêt. Je ne parle pas de laisser passer et encore moins de priorité. De plus, vis-à-vis du réseau, mon expérience personnelle me conduit à constater sa relative inefficience.

N (h) Celui (employeur, DRH) qui discrimine un candidat à cause de son âge, prend le risque, un jour, de comprendre sa douleur quand, à son tour, il sera en recherche d'emploi et se verra rejeter ! Pour ma part, 50 ans, discrimination à l'âge et au sexe depuis des lustres, la dernière en date, je me suis entendu dire, alors que des promesses avaient été faites et qu'on louait ma capacité d'adaptation, ma rentabilité, mon rythme de travail et la quantité d'abattage, qu'on préférait embaucher un plus jeune que moi, pour se projeter dans l'avenir...Euh, il me reste à minima, 15 ans à tirer... Ce n’est pas le futur, ça ? Et un plus jeune, dans 1, 2 ou 3 ans, il ira voir ailleurs si l'herbe est plus verte, alors que moi, vieux dinosaure que je dois être, je serai restée à ma place, trop contente d'avoir du boulot... Voila à quoi nous sommes confrontés quand, passé une date butoir à géométrie variable (j'ai commencé à être moquée par des recruteurs, dès 38 ans, en me faisant traiter de grabataire !) on nous refuse de quoi manger en exerçant nos compétences ! Au mouroir, les "vieux" !

L(h) Gestion de carrière et recrutement Bien évidemment, le réseau (on line, off line) ne peut pas être l'alpha et l'oméga, mais il fait partie des vecteurs à prioriser. Pour qu'il puisse produire son effet, il demande une démarche particulièrement acérée. Il existe une nombreuse littérature sur le sujet, mais de façon globale, je trouve intéressant, une fois enlevées quelques "dérives" à l'américaine, le postulat de l'ouvrage "Guérilla marketing pour trouver un emploi". P.S : je précise tout de suite que je n'en suis ni l'auteur, ni l'ayant droit ;-))

C ( f) Et oui +50 ans, avoir foi en soi pour ne pas avoir envie de se brader et croire que l'on est une vraie valeur ajoutée pour l'entreprise n'est pas pêcher. Ne pas se sentir l'âme d'un entrepreneur mais avoir la certitude d'être un atout pour les autres, n'est que lucidité. Souffrir en silence de discrimination passive comme bon nombre de quinquas, est la dure réalité à affronter chaque jour sans avoir le droit de se morfondre. Alors gardons la foi, l'enthousiasme et restons prêt à convaincre tout employeur qui voudra bien s'ouvrir à la valeur non seulement de notre âge mais de notre personne et de nos compétences au même titre que les autres.

Ph ( h) Il y a également un paramètre à prendre en compte : Il n’y a pas d'emploi pour tout le monde ! Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Si on cumule les cinq catégories de demandeurs d'emploi on totalise 6 019 300 chômeurs en France métropolitaine + DOM ! Alors discrimination, oui sans doute un peu mais elle existe également vis-à-vis des juniors (manque d'expérience, volatilité...), des femmes et des personnes d'origine étrangère. Le problème des seniors est un vrai problème mais la situation de tous les demandeurs d'emploi est un vrai problème.

L(h) Gestion de carrière et recrutement Oui, Ph, vous avez entièrement raison, et vous avez encore oublié quelques catégories. Moralité, trop de discriminations tue les discriminations…et met tout le monde sur un pied d'égalité dans…l'inégalité. Raison de plus pour ne pas craindre ses faiblesses supposées (les faiblesses réelles sont étonnamment rarement celles que l'on imagine spontanément), et pour se focaliser sur la puissance de son offre de services. Là doit être portée toute l'attention. Après, bien évidemment, on ne gagne pas à tous les coups (pensons aux taux de réponses aux mailings des entreprises, et au taux encore plus faible de conversion des prospects en clients…ça permet de relativiser).

Pan (h) Entièrement d accord avec P. J ai 50 ans avec un MBA et s y r mes 20 ans d expériences 8 ans aux US. Je rencontre les mêmes problèmes depuis 5 ans. Au point où on baisse les bras.

P (h) Je constate que ce post fait un peu de buzz. je ne pensais pas qu'il aurait ce relatif succès. Même si, on peut y voir un intérêt personnel, le sujet est donc bien d'actualité et est sensible tout comme l'emploi en France. Ici, il y a des décideurs et des influenceurs. Ce sont aussi eux les acteurs de la gestion des compétences, des talents et du bon équilibre au sein des entreprises. Ils sont aussi maintenant d'une certaine façon, les garants de notre système de retraites et de prévoyance.

Pan ( f) Merci à C pour ses quelques mots encourageants.

Pa (h) Bonsoir à tous, je rejoins absolument toutes les remarques de chacun concernant ce post plus que "brûlant". Les recruteurs devront prendre conscience que le processus de recrutement leur appartient certes mais que jeunes diplômés ou seniors une fois placés restent maîtres de la pérennité de leur emploi dans l'entreprise (sauf cas exceptionnels d’incompatibilité ou de faits majeurs de l'entreprise). Le turnover existera toujours et ce malgré des critères de recrutement extrêmement sévères (l'âge entre autres). Les entreprises ou autres recruteurs (RH cabinets) devraient se satisfaire d'un talent (de sa jeunesse ou de son expérience) quand il se présente en excluant toute discrimination masquée.

Br (h) Cadre Bonsoir, Le nombre de discussions relatives à ce thème, ouvertes sur RESEAU SOCIAUX, est impressionnant! Une rapide déduction me laisse supposer qu'il s'agit vraiment là d'un problème sociétal, tant culturel qu'économique. Culturel car pendant trente ans, la retraite à 55 voire 50 ans a été demandée, plaidée voire exigée par nombre de groupements sociaux (syndicats en tête), et économique en raison d'une "crise" qui devient un état de fait constant, réduisant ainsi le nombre de postes vacants potentiels. Je ne juge en rien les revendications passées sur le départ du travail aussitôt que possible, elles furent légitimes, particulièrement lorsque le plein emploi des années 70 et 80 était encore une réalité (qui se fissurait, néanmoins), mais il ne faut pas s'étonner, me semble t'il, que cela ait laissé des traces dans l'inconscient collectif (particulièrement chez les employeurs). Et pourtant, à 52 ans (c'est aussi mon cas), il nous reste 15 années de bons et loyaux services à fournir. Récemment, lors d'une réunion informelle avec des décideurs locaux, j'ai entendu l'un d'eux annoncer qu'il n'investissait pas sur des candidats de plus de 48 ans! Mais pourquoi donc, lui demandais-je, interloqué? Ben parce que....... Me répondit-il.! Eloquent, non?! En insistant un peu, j'eu droit aux poncifs habituels : trop chers, pas gérables, trop de personnalité, pas adaptables, trop fatigués, etc, etc..... Quand à l'aspect économique, j'ai le sentiment qu'il représente une excellente excuse pour ne pas avoir à se remettre en question, innover, mixer la nature et l'âge des effectifs, bref, évoluer! Alors que, il a été clairement démontré par nombre d'économiste, que c'est bien lors de périodes de récession que le dynamisme des entreprises doit se manifester de façon inconditionnelle. Certes, quelques taxes sur les produits étrangers aux frontières de l’Europe (tels que le fait la quasi totalité des pays non Européens), apporteraient un petit coup de pouce probablement salutaire, mais le problème reste, je crois, essentiellement lié à notre mentalité quelque peu surannée. Je suis parfaitement en accord avec tout ce qui s'est dit précédemment, et donc, quelles solutions pouvons-nous mettre en œuvre pour "renverser la vapeur"? Allez, soyons créatifs pour montrer aux employeurs tout le potentiel à côté duquel ils passent.!!!

P (h) Un président d'une société de conseil de taille importante m'a expliqué pourquoi il ne voulait pas engager de collaborateurs seniors. Pour lui cela tient au fait qu'il est difficile de s'en séparer. Un collaborateur plus jeune partira plus facilement de lui-même s'il faut, face à un marché de l'emploi plus dynamique. Il est clair que, en tant que "senior", le marché de l'emploi étant ce qu'il est, nous nous accrochons.

Re( h) Il vaudrait mieux qu'il n'embauche plus du tout, lui!

J-P (h) Bonsoir à tous, Effectivement il s'agit d'un sujet récurrent ou tout a été dit ou presque. L'âge est un facteur discriminant, certes tout le monde le dit mais personne (recrutant) ne l'écrira mais peu importe. L'essentiel est d'en avoir conscience mais de ne pas se laisser abattre ou détruire par cet élément, il fait parti d'un tout a savoir : vous. Rassurez vous le recruteur digne de ce nom à la lecture de votre cv est capable de déterminer approximativement votre âge, donc soyez conscient que lors de votre premier rendez vous, l'intéressé a dépassé le stade de votre âge et de l'handicap que cela représente à vos yeux, donc surtout ne vous positionner pas en victime ou en situation d'infériorité, votre combat est de démontrer pourquoi vous êtes fait pour le poste et non la défense de votre âge en essayant d'apporter des éléments en la faveur de celui ci, oubliez le car dans le cas présent vous êtes un candidat lambda sélectionné pour un premier entretien. Je parle de recruteur ou de recrutant digne de ce nom, car hélas vous en rencontrerez certainement plus qui n'ont que le titre mais pas les compétences pour la fonction, donc ne vous focalisez pas sur ces derniers, gardez votre énergie pour les rencontres et entretiens qui ont un réel intérêt pour votre objectif, rassurez vous très vite vous ferez la différence. Gardez également en tête qu'aucune pistes ne doit être délaissées sous prétexte que majoritairement elles sont négatives pour un type de recrutement, vous aurez toujours la preuve de l'inverse. Il faut apprendre à contourner les obstacles, certes c'est une lapalissade, mais les réponses négatives finissent toujours par nous atteindre

Fr-X ( h) Un bon conseil, car à 52 ans vous êtes arrivé bien à l'âge idéal pour valoriser toute l'expérience professionnelle acquise par ailleurs et depuis une trentaine d'années. Préparez donc bien ce virage et dites vous que dans tous les cas c'est un nouveau challenge qui vous attend .Une page de votre vie qui vient de se tourner. Prenez le temps de faire un bilan avec vous même, sans concession mais aussi sans complexe et avec une obligatoire remise en question personnelle. Maintenant deux possibilités vous attendent, mais un seul choix à faire: Soit vous remettre sur le marché de l’emploi. Soit créer votre propre emploi. Dans le premier cas et votre recruteur le sait bien, votre âge qui est en réalité votre atout, est celui de l'expérience. Mais il le transformera en handicap, surtout si ce recruteur cherche de la main d'œuvre inexpérimentée et bon marché. Ne perdez alors pas votre temps. Il existe fort heureusement des entreprises qui cherchent des pépites. A vous de valoriser et de faire découvrir avec conviction, celle que vous êtes sans doute le seul à bien connaitre pour l'instant...Et aussi pendant cette recherche d'un vrai partenariat, profitez-en pour actualiser et compléter votre formation et vos connaissances car le monde professionnel est concurrentiel, et donc il bouge TRES vite ! Si vous en revanche vous choisissez de profiter de votre expérience pour ENTREPRENDRE, alors un merveilleux challenge vous attend et son résultat sera à la hauteur et de votre engagement personnel et de votre courage.

J P (h) Bonjour, je suis dans le même cas et aussi beaucoup de l'asso de diplomés que nous avons au national qui est la plus nombreuse en France en nombre de diplômés 30 000 6000 sur vidéo. âge veut dire expérience maturité et misions complexes sans prendre de grand risque et prouvez sa valeur la solution et de détecter un besoin de votre contact et de lui proposer un contrat de portage (moins de formalité administrative) ou une mission d'intérim ou de manager transition. Ensuite ce que vous allez démontrer va faire la différence ... Mais attention ne vous réclamer pas coach... Mais bien faciliter dans votre domaine ou vos domaines d’expertise. Si c'est le prix une part fixe et une variable sur objectif quanti et quali... personne propose cela tout le monde facture à la journée ... Et les entreprises n'ont pas ou ne veulent pas payer, un master 2 aujourd'hui débutant ou confirmé c'est le smic si on sent un gars coincé à la gorge par contre pour faire sortir celui que l'on veut du concurrent on ne parle pas moins mais le plus offert voyez ... bien à vous, à vous lire

M(h) Bonjour je suis en accord avec ce qui a été écrit, mais nous sommes des candidats " Vache kiri " :trop expérimentés, trop vieux, trop cher, trop maigre, trop gros :) et pourtant les entreprises ont des besoins en passation de savoir. l'âge de la retraite n'ai pas a 55 ans :)

Greg (h) Bonjour, Voila un sujet qui touche et touchera de plus en plus de monde. Comment font les séniors pour se positionner dans les marchés de l'emploi "liquides" comme aux Etats-Unis ? Par ailleurs l'intérim ne peut il pas aussi représenter une solution ?

B(h) J'aime bien l'idée de l'intérim, mais j'en cherche encore qui œuvrent dans les domaines du commercial ou du management du même nom! Car si je me présente pour faire de la manutention sur des chantiers, on me répond que je suis trop vieux ou pas qualifié. Étonnant, non? L'intérim, me semble bien plus adapté aux techniciens qu'aux professionnels du tertiaire, mais si quelqu'un connait une adresse, je suis acheteur!!!

José manuel BOUDEY Senior international expert @p@tous très heureux de lire vos commentaires et merci a pascal de l'avoir lancé. nous avons crée l'ONC avec de l'huile de coude mais déjà nous avons bcp de retours. Force est de constater que nous n'avons pas de bonnes et positives informations et des que nous en avons l'on doit déchanter. Notre combat c'est aussi contre ceux qui font des amalgames néfastes par exemple sur blog info KPMG représentant le senior avec canne et enfin la silver eco a son site intitulé "lemarchedesseniors". Nous sommes pourtant majoritaires et compétents. il est donc plus que nécessaire de contrer les influenceurs qui veulent nous culbuter dans une tombe encore bien vivant.

P(h) Contributeur principal kpmg, michael page et autres selescope même combat ... d'ailleurs, j'écris leur raison sociale en minuscule.

Al (h) Les Entreprises d'Europe Occidentale sont confrontées à une perte totale de compétitivité (excepté l'Allemagne). Ce phénomène a commencé dans les années 90 pour devenir très difficile dans les années 2000 (mise en place de la zone Euro) et quasiment insurmontable depuis 2007 (crise financière mondiale). Pour tenter de rester viables, les plus solides et les plus pro-actives ont délocalisé leurs activités en Europe de l'Est et en Asie, laissant dans nos régions pléthore de gens sans emplois (les jeunes et les seniors en particulier). Face à des Gouvernements successifs inertes (c'est encore le cas en ce moment), les Entreprises restantes n'ont pas d'autre choix pour rester viables que de pratiquer le court-termisme et l'hyper-productivisme. Il semblerait que ce soit avec les 35-45 ans que les Dirigeants d'Entreprise trouvent leur compte, sinon, ils engageraient des jeunes et/ou des seniors. C'est d'autant plus navrant qu'avec mes 60 ans et alors que je souhaite encore travailler 10 à 15 ans, je fais partie du lot des seniors systématiquement exclus des campagnes de recrutement. Pour ma part, je ne suis guère optimiste et ne pense pas à une reprise rapide en Europe Occidentale car nos Gouvernements ne sont pas prêts du tout à diminuer significativement (30 à 40%) les charges et impôts qui pèsent sur le travail et les Entreprises pour restaurer leur compétitivité car cela signifierait des coupes sombres très significatives dans les charges de l'Etat et par conséquent dans leur Electorat. De plus, l'émergence de la Chine, de l'Inde, du Brésil et du Nigéria va continuer pendant plus de 10 années encore à entretenir, voire amplifier les situations de concurrence déloyale à l'emploi et je pense que le phénomène pour les jeunes et les séniors va encore s'accentuer, ce n'est que le début.... rien n'est fait pas les Etats Européens pour protéger l'emploi des Européens, bien au contraire, des entreprises Polonaises du secteur du bâtiment viennent travailler en Belgique et en France au détriment des travailleurs locaux. Je suis désolé, mais l'attitude qui consiste à tenir des discours optimistes tout en se cachant la tête dans le sable, ça n'est pas pour moi ! Il faudra peut-être passer par un "Printemps Européen" pour remettre les pendules à l'heure avec ceux qui nous gouvernent ! Sinon, nous sommes voués à devenir PAUVRES !

Chri (f) Bonjour, Merci P d'avoir lancé ce débat.....que de réactions....Logique !!!!....elles répondent à la réalité de Notre marché de l'emploi, celui des actifs considérés comme sénior Les craintes évoquées par les employeurs sont récurrentes.... Où allons nous pauvre France !!

P(h) Je rejoins Al sur son paragraphe "Il semblerait que ce soit avec les 35-45 ans que les Dirigeants d'Entreprise trouvent leur compte". C'est en effet bien vérifiable dans un grand nombre d'industries (PME, ETI...) s'asseyant sans prendre de risque sur cette tranche d'âges parfaitement malléable. Nous devrions leur rappeler que l'artisanat est la preuve parfaitement "fonctionnelle" regroupant avec beaucoup d'efficacité les juniors (fraîcheur, enthousiasme, esprit novateur...) et les seniors (expérience, savoir, pédagogie....) le tout formant un "collectif" totalement harmonieux et cohérent généralement conduit avec succès. Nulle discrimination (moyenne âgeuse :) mais un même critère prépondérant pour tout le monde : la volonté.

Bri(f) Oui bien évidemment les actifs âgés coûtent plus chers!

P ( h) Je suis partiellement d'accord. Ils coûtent quelque soit leur situation, plus chers à ceux qui les payent. Au-delà, cette situation générera nombre de retraités pauvres.

Christ ( f) Bonjour Bri Qu'entendez-vous par les actifs seniors coûtent plus chers ?

D (h) Bonjour P, Il est clair que le marché de l'emploi français a un réel problème avec l'âge. Notez qu'à à peine 39 ans je m'y suis trouvé confronté ! Car dans notre beau pays, on devient senior professionnellement à... 40 ans. En totale contradiction avec l'évolution de la pyramide des âges. Comme je l'ai déjà écrit sur un précédent forum, j'ai repris mes études à 36 ans dans une Ecole de commerce. Une fois mon diplôme obtenu (36e sur 580), j'ai été écœuré lorsque j'ai constaté en parcourant Linkedin ou Viadeo que mes jeunes camarades de 24-23-22 ans avaient décroché les postes de chargé d'affaires, ingénieur d'affaires, chargé de projet marketing que je convoitais tant, fruits de tous mes efforts! Mes candidatures étaient refusées alors que j'avais le même diplôme et plus d'expérience pro... Or, nous, "seniors", nous sommes : motivés, pas forcément plus chers, expérimentés, volontaires, enthousiastes,... Ce n'est pas parce qu'on ne parle pas couramment le "twitto" ou le "fake" qu'on est ringard. Mais je suis parvenu à mes fins à force de persévérance car en septembre je débute comme ingénieur d'affaires dans une entreprise IT. Mes conseils :

- 1 oubliez les candidatures spontanées, ne répondez pas par le canal usuel : ça ne sert à rien, vous serez blacklistés tout de suite. Personne ne vous le dira ouvertement mais c'est la cruelle réalité.

- 2 cherchez ce qui vous fait vibrer (moi ce sont les réseaux sociaux, le Net, l'écriture Web...) et faites le transparaître sur votre CV

- 3 allez aux salons emploi : c'est là que j'ai rencontré mon recruteur : un cadre RH avec qui nous avons eu un échange passionné et... bingo !!! JE N'AI DECROCHE DES ENTRETIENS QU'APRES AVOIR PARTICIPE AUX SALONS EMPLOI CAR ILS PRIVILEGIENT LE CONTACT EN FACE TO FACE

HE (f) C'est toute l'absurdité du marché actuellement pour les quinquas à qui il reste en moyenne 15 ans à faire, donc une 2ème partie de carrière. Que fera-t-on si une prochaine réforme des retraites étirer le délai à 20 ans encore ?! Chri(f) Effectivement Hélène, si une prochaine réforme de la retraite prolonge la durée d'activité de + nombreux quinquas seront dans l'impasse....

Brig (f) Chri, je parle des salaires. Les entreprises éliminent ou essaient d'échapper aux personnes dont l'ancienneté justifie un salaire pus important.

Brig (f) Dans beaucoup de pays USA, Japon, les personnes âgées sont obligées de travailler mais dans des emplois de moindre qualification.

L(h) Senior + de 40 ans ... pour ce qui le peuvent; regarder à l'international ce que je fais depuis un certain temps. Les offres sont intéressantes le critère d'âge NUL, ils cherchent de l'expérience et des personnes qui s'investissent. Nota ; oublier les 35 heures

Partager cet article

Repost 0